Les labels

Maître-restaurateur

En adoptant le projet de loi de finances rectificative, le Parlement a prolongé le crédit d’impôt maître-restaurateur pour l’année 2014. Cette mesure vise à développer la qualité dans les restaurants.

Ce crédit d’impôt est accordé aux professionnels qui viennent d’obtenir le titre de maître-restaurateur ou son renouvellement, c’est-à-dire qui s’engagent pour la qualité de leur établissement et garantissent une cuisine 100% fait maison.

Lire le communiqué officiel

En savoir plus...

Il s’élève à 50% des dépenses engagées par le restaurateur pour moderniser son établissement sur les trois premières années, dans la limite de 30.000 euros, soit un crédit d’impôt pouvant atteindre 15.000 euros. Le restaurateur peut à nouveau solliciter le bénéfice du crédit d’impôt lors du renouvellement de son titre, qui a lieu tous les quatre ans.

Le titre de Maître-restaurateur est destiné à reconnaître l’excellence des meilleurs professionnels de la restauration traditionnelle, en valorisant leur compétence ainsi que leur engagement en faveur de la qualité. L’obtention du titre s’accompagne d’un crédit d’impôt égal à 50 % des dépenses d’aménagement du restaurant, limité à 30 000 €.

Le titre de Maître-restaurateur ne peut être obtenu que par des personnes physiques, dirigeants d’une entreprise exploitant un fonds de commerce de restauration. Les différentes formes de restauration sont éligibles, de même que les hôtels-restaurants, les brasseries et cafés-brasseries, sous réserve notamment que votre établissement soit doté d’une salle et que le service soit fait à la table.

 

Quelles qualifications doit-on présenter ?

Le dirigeant de l’entreprise doit remplir l’une des conditions suivantes :
  • être titulaire du Brevet professionnel ou Bac pro ou d’une certification de niveau IV ou supérieur enregistrée au Répertoire national des certifications professionnelles,
  • être titulaire d’un CAP, d’un BEP ou d’une certification de même niveau, avec une expérience professionnelle de 5 ans en qualité de dirigeant d’un fonds de commerce de restauration,
  • s’il ne possède aucun diplôme, il doit justifier d’une expérience professionnelle de 10 ans,
  • s’il ne possède aucun diplôme, le délai d’expérience peut être ramené à 5 ans si l’activité de l’établissement est placée sous le contrôle technique, effectif et permanent, d’un cuisinier détenant l’un des diplômes requis. Si le cuisinier quitte le restaurant, le dirigeant doit le remplacer sous 30 jours et en aviser le Préfet au risque de perdre son titre.

Le cahier des charges de Maître-restaurateur

Un audit, réalisé par l’un des organismes certificateurs agréés par le minisère devra établir que vous respectez tous les points du cahier des charges de maître-restaurateur.

Les frais de réalisation de cet audit seront à votre charge, mais ces dépenses sont récupérables grâce au crédit d’impôt.L’audit effectué par l’organisme certificateur que vous aurez choisi a pour but de vérifier que votre restaurant délivre des prestations conformes aux 30 clauses qui constituent le cahier des charges du titre de maître-restaurateur.

Le non respect d’un seul des points du cahier des charges fait obstacle à la délivrance du titre.

Contenu de la prestation de services

A. – Produits de la table :

La cuisine est faite sur place.
Achat exclusif auprès d’artisans ou de PME indépendantes maîtrisant leur cycle de production des produits semi-finis suivants : charcuteries et salaisons.
Ne pas recourir à des plats préparés.
Travailler avec des produits acquis majoritairement frais.
Diversifier les plats proposés : au moins quatre plats en entrée, quatre plats principaux et quatre desserts. En outre, en matière de suggestions ponctuelles, au moins, soit une entrée, soit un plat principal, soit un dessert devront être renouvelés quotidiennement.

B. – Relation clients :

Existence d’un traitement des réclamations clients.
Le personnel de salle doit être composé au moins d’une personne :
– titulaire au minimum d’un certificat d’aptitude professionnelle « restaurant » ou d’un titre homologué équivalent dans ce domaine de compétence ;
– ou justifiant d’une expérience professionnelle de deux ans dans ce domaine de compétence. 

Accueillir le client de manière aimable, souriante, courtoise, chaleureuse, en utilisant des formules de politesse adaptées.
Transmettre au client des informations précises et complètes, dans le cadre d’une demande d’informations ou d’une réservation.
La tenue et la présentation du personnel d’accueil doivent être soignées, propres et en harmonie avec le site.
Renseigner, conseiller et répondre aux clients de façon précise et complète, avec toutes les informations nécessaires.
Afficher les informations utiles (tarif, prix, services, horaires, moyens de paiement acceptés) de façon lisible et visible sur un support adapté propre et en bon état.
Proposer des cartes de menus soignées, attractives et lisibles (propres et non abîmées, non surchargées ni raturées), avec une mise en avant des plats (valorisation des plats du jour et/ou spécialités maison).
Assurer un service à table efficace et attentionné. Gérer l’attente entre les plats.
Servir des plats en quantité suffisante. Leur présentation doit être soignée et attractive.
Assurer une facturation efficace : clarté, précision, conformité de la facture par rapport aux prestations achetées, rapidité des formalités.
Prendre congé du client de façon chaleureuse, aimable et souriante avec remerciements.

Équipements et aménagements

C. – Aménagements intérieurs :

Aménager et décorer le restaurant de manière à le rendre accueillant, chaleureux et convivial, confortable, avec une température ambiante agréable, une ventilation et un éclairage efficaces.
Informer la clientèle de l’existence d’équipements ou aménagements des locaux destinés à l’accueil des personnes handicapées à mobilité réduite.
La mise en place de la table doit être faite avec goût et avec des éléments (nappes, sets, serviettes, couverts, verres, assiettes, ménagères) propres et en bon état, secs et non dépareillés.
Un équipement en faveur de l’accueil des enfants (rehausseur ou chaise haute).
Fournir un équipement (porte-manteaux ou vestiaire) correspondant au nombre des personnes susceptibles d’être accueillies et dont l’emplacement assure à la clientèle des conditions satisfaisantes de sécurité et de propreté.

D. – Environnement et extérieurs (si existants) :

Les extérieurs doivent être propres et en bon état.
Un parking ou une autre possibilité de stationnement (payant ou gratuit) doit être mis à la disposition du client.
Les extérieurs doivent bénéficier d’un éclairage (abords, parking, entrée, enseigne) en bon état.
Si les extérieurs sont aménagés, ils doivent être équipés de manière confortable avec du mobilier de qualité : terrasse ombragée, pourvue de parasols.
La signalétique d’accès au site doit être visible, lisible, uniforme et doit faciliter la localisation du site (si existante et autorisée).

E. – Hygiène, sécurité et propreté :

Les espaces de cuisine et de stockage doivent être propres, en bon état, avec des outils de production à l’hygiène irréprochable (conformité à la réglementation en matière d’équipement frigorifique et d’espaces de stockages).
Les revêtements muraux, sols et plafonds de la salle de restaurant et le mobilier du restaurant (tables, chaises, fauteuils, consoles, guéridon...) sont propres et en bon état.
Conformité à la réglementation en matière de sécurité incendie (signalétique, issues de secours).
Les sanitaires en bon état, propres et éclairés, équipés pour le confort du client (présence de poubelles, de sèche-mains, savon liquide, papiers et consommables en quantités suffisantes, ventilation), ne doivent pas communiquer directement avec la cuisine.

Les avantages procurés par le titre de maître-restaurateur

Une reconnaissance officielle de votre professionnalisme

L’attribution du titre de maître-restaurateur vous confère une reconnaissance officielle de votre excellence dans le domaine de la restauration traditionnelle ainsi que de votre engagement en faveur de la qualité. Dans le cadre de la communication de votre entreprise, vous pouvez vous prévaloir de l’obtention du titre et utiliser le logo officiel « maître-restaurateur ».

Un crédit d’impôt pour moderniser votre restaurant

Un crédit d’impôt est instauré pour les entreprises dont le dirigeant a obtenu la délivrance du titre de maître-restaurateur.
Ce crédit d’impôt est égal à 50% des dépenses qui permettent de satisfaire aux normes d’aménagement et de fonctionnement prévues par le cahier des charges relatif au titre de maître restaurateur.
Seules sont prises en compte dans l’assiette du crédit d’impôt, dans la limite de 30 000 euros, les dépenses exposées pendant l’année civile au titre de laquelle le dirigeant a obtenu le titre de maître-restaurateur et les deux années suivantes. 

Démarches d’obtention

  1. Vérifiez que vous répondez aux conditions,
  2. Faites faire un audit de votre établissement,
  3. Constituer votre dossier,
  4. Faites-le parvenir à la préfecture des Vosges.

N’hésitez pas à vous faire accompagner par la CCI des Vosges.

Plus d’informations sur le site gouvermental

> Recommandez cette page :

Viadeo
Vos prochains rendez-vous Voir tous les événements
Dans l'actualité Lire toutes les actualités